Posted on 2 mins read

Porte-à-porte

Quelqu’un a sonné à ma porte l’autre jour, peu après que je sois rentré du travail.

Comme il est rare qu’entre voisins nous nous parlions, j’ai pensé que c’était plutôt une personne extérieure à la résidence. Comme il était déjà tard, je ne m’attendais pas à ce qu’on me livre un colis. En ouvrant la porte, je me suis préparé à ce qu’on me demande de l’argent. C’était bien vu: c’était une représentante de la Croix-Rouge française.

Elle m’a demandé si je comprenais pourquoi elle était là. J’ai répondu que j’imaginais que c’était parce que les inégalités se creusaient et qu’il y avait de plus en plus de personnes à la rue. C’est vrai. Se loger dans la CUB devient difficile sans revenus suffisants.

Le don

Quand donner, quand ne pas donner?

La seule règle, c’est de mesurer ce que je souhaite donner chaque mois. Je fais le choix de ne pas tout donner. Quand ma propre limite est atteinte c’est aux autres de donner. Alors à ce moment, allais-je choisir de donner à la Croix-Rouge?

J’ai hésité. Cette association aurait été la troisième à qui j’aurais donné. Allais-je donner indéfiniment ensuite? Serait-ce juste de refuser alors que je donne aux deux autres? Par ailleurs je reconnais pleinement les actions de la Croix-Rouge dans notre quotidien.

J’ai éprouvé des sentiments confus alors que c’était injustifié. La seule idée qui désamorce les sentiments, c’est encore une fois de mesurer ce que je souhaite donner. Le reste n’est qu’un calcul où les (faux) jugements n’ont pas leur place.

  • Si vous donnez, fixez-vous une limite en accord avec vous-même.
  • Gardez de la marge par rapport à cette limite, car il y a parfois des situations exceptionnelles.

Parler de ça me rappelle une vidéo de point de vue social.

La campagne

Si j’ai voulu écrire ce billet de blog à la base, c’est parce que j’ai trouvé cette campagne de porte-à-porte bien menée:

  • La représentante de la Croix-Rouge était clairement identifiée par un badge, une photo d’identité, une lettre signée qu’elle m’a proposé de scanner.
  • Elle a fait avec moi une revue point par point des termes du don.
  • Les informations ont été saisies sur une application mobile bien réalisée.
  • Un mail m’a été transmis avec le rappel de toutes ces informations (y compris concernant la représentante).
  • Une autre personne m’a appelé le lendemain pour vérifier que j’avais bien compris mon engagement.

Même si vous êtes un paranoïaque de l’ingénierie sociale, voilà assez d’informations pour vérifier l’authenticité de la demande. Bravo à la Croix-Rouge française pour cette campagne.